Accueil Nous contacter Plan du site
Rechercher

reseau de chercheurs

CRITAOI

Littérature CRITique francophone de l’Afrique subsaharienne et de l’Océan Indien.

Appel à contribution pour un volume sur l’enseignement du FLE à partir des acquis en langues africaines

Le volume que nous voulons préparer se propose de réunir des contributions de linguistes, de psycholinguistes, de sociolinguistes, de didacticiens, de pédagogues sur l’enseignement du français langue étrangère à partir des acquis en langues africaines (appel clôturé le 31 mars 2006) .


Contexte et justification

De façon générale, l’élève d’un pays du Nord a plus de chance de réussir sa scolarité que celui d’un pays du Sud. Pourtant, même dans les pays les plus riches du Nord, l’école ne se porte pas très bien. Les nombreuses réformes qu’on lui fait subir en sont révélatrices. L’enseignement des langues étrangères est à l’image de l’école actuelle. Les méthodes d’enseignement et d’apprentissage développées ici et là ne sont pas toujours très concluantes. En Afrique, l’expérimentation des unes n’est parfois pas encore achevée que d’autres sont mises en circulation. Un inspecteur africain de l’éducation le traduit par ces paroles ironiques : “Heureusement que nous n’avons pas les moyens d’acheter vos dernières méthodes ! Vous les considérez vous-mêmes comme déjà périmées. C’est donc un moindre mal si nous passons directement aux suivantes, qui d’ailleurs ne font que reprendre les précédentes”. Au Burkina Faso par exemple, l’enseignement et l’apprentissage du français en milieu scolaire ne donnent pas de bons résultats. “Sur 100 élèves en fin de cycle primaire, 25 seulement sont capables de comprendre ce qu’ils lisent en français, 20 peuvent rédiger un petit texte décrivant une situation familière, pratiquement aucun n’est capable de pratiquer une lecture fonctionnelle (consulter une table des matières, lire un mode d’emploi...”. Pourtant, l’enseignement du français consomme une bonne partie du budget alloué à l’enseignement primaire qui consacre 56% du volume horaire total à la seule acquisition du français, contre 44% pour tout le reste. Pour un meilleur enseignement/apprentissage du français, l’enseignement bilingue en langues nationales et en français suscite de nombreux espoirs en Afrique. En effet, les essais conduits dans de nombreux pays montrent qu’il est généralement bien apprécié de la population, car il donne de bons résultats lors des évaluations, et que, surtout, les apprenants s’expriment mieux en français et en moins de temps.


DOCUMENTS
À TÉLÉCHARGER

Appel à contribution Issa DialloWord 49.5 ko

 
   
Mentions légales Crédits Nous contacter Plan du site Dernières modifications sur le site Dernière mise à jour du site
3 novembre 2008