Accueil Nous contacter Plan du site
Rechercher

reseau de chercheurs

CRITAOI

Littérature CRITique francophone de l’Afrique subsaharienne et de l’Océan Indien.

LA QUESTION DU METISSAGE DANS L’ECRITURE DU ROMAN BURKINABE CONTEMPORAIN par Sissao Alain Joseph

Il s’agit d’analyser la question du métissage de l’écriture dans la littérature burkinabè écrite.

RESUME

Pour le lecteur non averti, la littérature écrite burkinabé contemporaine semble uniquement tournée vers une direction nationale. Certes, de par sa créativité, cette littérature puise dans la culture et la langue du milieu. Mais elle se conçoit en français et subit des influences textuelles et culturelles multiples. Ce métissage dans l’écriture donne à cette littérature une certaine valeur universelle. Finalement l’écrivain burkinabè n’est pas différent d’un certain Kafka, Celan, Becket, qui se trouvent dans une situation plurilingue. L’écrivain burkinabè est irrémédiablement à travers la pratique du métissage textuel à la recherche d’une identité en construction. Il s’inscrit aussi dans la civilisation de l’universel qui veut que les problèmes d’identité soient souvent multiples et s’enracinent dans une multitude de faisceaux culturels et linguistiques. Il y a tout un dialogisme, un polylogisme et un mélange des genres selon l’acception de Bakhtine ( ). L’écrivain burkinabè devient dans cette perspective un écrivain tout court qui crée. Il peut s’agir dans certains cas d’interférences linguistiques ou bien d’insertions et de collages. En se penchant sur un corpus de romans burkinabé, on observe avec beaucoup de bonheur ce procédé d’écriture. L’article tente de jeter un regard sur cet aspect de la littérature burkinabé en pleine expansion. MOTS CLÉS : métissage, discours, romans, culture, interférences linguistiques


 
   
Mentions légales Crédits Nous contacter Plan du site Dernières modifications sur le site Dernière mise à jour du site
3 novembre 2008